one litre of tears

Est un drama japonnais en 11 épisodes qui à était inspirée par le journal intime d'Aya Kito.

Aya Ikeuchi, 15 ans, douée en sports et qui excelle à l'école est touchée par la maladie incurable qu'est l'hérédodégénérescence spinocérébelleuse ou "atrophie spinocérébelleuse". Lors de ces épisode on suivra le quotidien d'Aya.

Un F, m'a conseillé cette cette série. Je l'avais regardé en streaming, j'en faisais mes soirées.

J'avais aimé beaucoup de personnages : Asous Haruto, Ako Ikeuchi et Ikeuchi Mizuo, surtout celui d'Aya. Cette dernière était : sympathique, déterminée, à l'écoute, gentille, travailleuse, aimable, serviable. Elle avait aussi un grand coeur, pleins de projet et pleine de vie. Je rajoute qu'Aya était également forte et très courageuse.

Même si je connaissais le tragique destin d'Aya, dés le début, c'était comme si je ne voulais pas y croire, où que ça me paraissais impossible que ça lui arrive. Je suivais sa vie comme si il n'allait rien lui arriver.

Après chaque épisodes qui me mettait mal, je ne cessais de me dire que j'avais une chance pas possible de pouvoir marcher sans aucun soucis, que je vivais bien, que je n'avais pas besoin de me peindre et que je pouvais être heureuse...

Ça m'étais souvent difficile de retenir mes larmes, de ne pas être triste de voire le corps d'une personne ne plus suivre petit à petit. J'ai mis beaucoup de temps pour m'en remettre de cette série.

C'était un visionnage très bouleversant, prenant du début jusqu'à la fin et intéressant car c'était important d'en parler, d'informer les gens que cette maladie existe et regarder cette série une grande leçon de vie.